L'intervention de Robert Spieler (NDP) au congrès de Plataforma per Catalunya

Publié le par ndpmoselle

55197921_2.jpg

 

Dimanche 27 mars, se tenait à Vic, en Catalogne espagnole, le cinquième congrès du jeune parti régionaliste catalan Plataforma per Catalunya, en présence de 350 congressistes. Un parti régionaliste, pas indépendantiste, respectueux de l’identité espagnole, en puissante progression. Un parti qui défend résolument l’identité catalane et européenne et qui lutte avec détermination contre l’invasion.

 

Dirigé par Josep Anglada, avec à ses côtés des personnalités remarquables, telles August Armengol, vice-président, et Enrique Ravello, responsable des relations internationales, ce parti nationaliste et identitaire s’apprête à connaître de gros succès aux prochaines élections municipales. Une centaine de têtes de listes furent présentées, ce qui représente environ 1 500 candidats. D’après les estimations, 70 devraient être élus (17 aujourd’hui). Remarquable discours de Josep Anglada : non au capitalisme mondialiste, non à l’invasion. Parmi les délégations présentes, citons notamment la délégation autrichienne, avec à sa tête le secrétaire général du Fpöe, Harald Vilimsky, et la délégation flamande du Vlaams Belang, avec notre amie Hilde De Lobel. Mario Borghezio, député de la Lega Nord, avait envoyé un message de soutien.

 

Invité à prendre la parole au nom de la Nouvelle Droite Populaire, à l’instar de nos amis européens, Robert Spieler a soulevé l’enthousiasme de la salle en tenant ces propos : « Notre combat pour notre libération est ici, en Europe. Il n’est ni en Afghanistan, ni en Iran, ni en Irak,  ni en Palestine, ni en Israël. » Et puis ceci : « Nos soldats n’ont pas à mourir, ni pour Washington, ni pour Tel-Aviv ! »

 

Voici le texte de l'intervention de Robert Spieler  :

 

Amis et camarades,

 

Je vous apporte le salut de la France nationaliste et européenne ! Je salue le formidable combattant de la Résistance catalane et européenne qu’est Josep Anglada et Plataforma Catalunya qui est un exemple pour nous tous, combattants européens, de détermination, et de courage.

 

Aujourd’hui, l’envahisseur est devant nos portes. Des millions sont déjà présents sur notre terre. Des dizaines de millions s’apprêtent à nous envahir. Demain, ils devront repartir ! Demain, nous leur imposerons de repartir !

 

Nous devons désigner les responsables de cette situation : le libéralisme mondialiste, le capitalisme cosmopolite !

 

On est allé chercher les immigrés en Afrique, pensant pouvoir trouver une main d’œuvre docile, qui ne se syndiquerait pas, et qui permettrait au patronat de peser sur les salaires.

 

Aujourd’hui, c’est la substance même de nos peuples européens qui est menacée par cette immigration de peuplement. Mais les responsables sont aussi les politiciens de gauche et de droite qui n’ont pas su, pas voulu, pas osé s’opposer aux lobbys dits anti-racistes qui ont tout fait pour affaiblir les défenses immunitaires de nos peuples.

 

L’Europe est confrontée à la plus dangereuse invasion qu’elle ait jamais connue. Il y a 13 siècles, Charles Martel arrêta les arabes à Poitiers, en France. Nous avons aussi l’exemple d’Isabelle, reine de Castille, et de Fernando, roi d’Aragon et de Catalogne, et celui des combattants européens qui, sous la direction du roi polonais Sobieski,

 

Je vous le dis tel que je le pense. Si l’envahisseur africain était  bouddhiste ou chrétien, le problème serait le même. L’islam est incompatible avec les valeurs européennes, mais la présence massive d’Africains sur notre sol, et ceci quelle que soit leur religion, est incompatible avec l’identité de nos peuples.

 

La majorité de ceux qui occupent notre terre, contre la volonté de nos peuples, avec la complicité d’une classe politique collaborationniste, devra repartir.

 

Qu’on ne me dise pas que c’est impossible. En 1962, un million de Français durent quitter leur terre, l’Algérie, en quelques semaines, forcés à tout abandonner. Ils avaient le choix, comme le déclaraient les partisans de l’Algérie algérienne, entre la valise et le cercueil. Et bien nous, nous leur donnerons le choix entre la valise et… la valise.

 

Ce combat pour la libération de l’Europe doit être mené, ici, en Europe, pas en Afghanistan, pas en Iran, pas en Irak, pas en Palestine, pas en Israël. Nos soldats n’ont pas à mourir pour les intérêts de Washington ou de Tel Aviv !

 

Nous voulons l’Europe de la puissance, une Europe respectueuse des nations qui la composent. Nous ne voulons pas de l’Europe arrogante des nains de Bruxelles. Il n’est pas acceptable, qu’au nom du capitalisme mondialiste, des millions d’emplois soient détruits ici en Europe, par la faute de l’invasion massive de produits fabriqués dans des pays ne respectant pas le minimum de nos normes sociales. C’est pourquoi nous exigeons la protection des frontières européennes et la sortie de cette logique ultra libérale mortelle pour nos peuples.

 

Nous avons aussi l’ardent devoir de repeupler l’Europe. L’Europe est en train de se suicider démographiquement et il est impossible que nous puissions mener la reconquête avec des taux de natalité catastrophiques qui amèneront des pays comme les nôtres à perdre d’ici 50 ans le tiers de leur population.

 

Oui, nous devons mener la résistance et la reconquête sur tous les fronts !

 

Vive la Catalogne ! Vive l’Europe libre ! Vive la Victoire !

Commenter cet article